Ces règles qu’on impose aux enfants et que l’on applique pas à nous même

Oui on est comme ça nous les parents on demande à nos enfants de respecter des règles soit disant très importante à tel point que ça ne nous effleure même pas l’esprit de les appliquer à nous-même.

Ne pas dire c’est moche mais je n’aime pas

Toi ça t’énerves et tu lui dis que ce n’est pas parce qu’il n’aime pas quelqu’un ou ne la trouve pas jolie qu’elle est moche. Que pour le manteau de Tata Sophie c’est pareil il n’est pas hideux,  il ne lui plait pas c’est différent. Pareil pour les épinards trop dégueu. Tu essayes de lui expliquer qu’il a le droit de ne pas aimer telle ou telle chose mais que certaines personnes trouveront ça joli ou bon, que tout les goûts sont dans la nature, que son avis ne représente pas la vérité absolue et universelle, que ce qui est beau pour une personne peut être laid pour une autre et heureusement sinon comment Tata Sophie aurait trouvé un mari?

Non mais cette règle? Comment veux-tu que l’on se l’applique à nous? Les soirées sushis-langue de puterie potins en prendrait un coup. On ne peux pas. Le Haut Comité des soirées sushi refuse cette règle à la con.

Il est vrai que parfois on est prompt à penser détenir la vérité. A penser que notre avis est ce que tout le monde devrait penser (si seulement les gens étaient moins cons).

Encore plus quand on parle du physique d’une personne, il serait quand même plus juste de dire « Moi je trouve que… », « A mon goût », « Perso… » plutôt que « il est trop laid », « comment elle est moche » et compagnie. Pareil pour les fringues, les expos, le ciné, les bouquins, la musique, les façons de faire. Parfois je nous trouve un peu trop présomptueux. Cela arrive souvent concernant tout ce qui est culturel. Parce qu’on a regardé Tracks trois fois dans sa vie, qu’on va voir les dernières expos à la mode et qu’on n’écoute uniquement de l’électro ou du rock ultra pointu on n’est au dessus des autres et on peux se permettre de dire que tout ce qui n’est pas notre came c’est de la merde. C’est cette attitude qui est nulle. C’est ce que l’on demande à nos gosses de ne pas faire et que l’on fait à longueur de journée.

Bon parfois il y a des trucs c’est vraiment de la merde. Pardon hein mais l’autre nuit j’ai regardé les chaines musicales (insomnie mon amour) et même avec la meilleure volonté du monde pour certains clips il n’y a pas d’autres mots! En revanche je ne traiterait jamais quelqu’un d’abruti parce qu’il aimera une chanson de ce style où une émission que personnellement je trouve affligeante , je déteste ce genre de comportement élitiste. Puis des dossiers on en a tous. Montrez-moi vos ipod bande de petits critiqueurs!

Prenons par exemple ces superbes bottes (perruques ?) non elles ne sont pas immondes juste moi personnellement je ne porterais jamais ces horreurs ce type de choses aux pieds, qui ne m’irait pas en plus. Ouai bon c’est chaud quand même…

On ne se moque pas du physique des gens.

Et je rajouterai il n’y a pas des sortes de physiques que l’on peux critiquer et d’autres non. Par exemple oui c’est mal de dire à quelqu’un « grosse vache ». Et personne ne dirait « tu es grosse c’est moche ». Alors on ne dit pas non plus à une fille ultra mince « squeletor » ni « tu es maigre c’est moche ». On ne se moque de personne sauf si on est parfait.

Bon là comment dire. Comment se défendre. Les soirées filles. L’alcool. La relâche après une semaine de crise dentaire du bébé et de la pré-ado qui t’as pris la tête du lundi au vendredi. Oui je critique. Non en fait je constate. Voilà. Puis comme je ne le dis pas en face en fait personne n’est vexé ni triste (oui je sais je suis trop sympa). Puis on ne critique que les gens qui combottent (du verbe combotter si, si ça existe) sale gueule+sale con. Parce qu’en fait je ne sais pas si vous avez remarqué mais c’est vachement dur de dire des trucs dégueulasse sur quelqu’un de sympa. Non mais essayez pour voir. Direct vous culpabilisez. Ils sont malins ces petits bâtards (ah bah si en fait. Quand on veux on peux tout est une question de volonté).

On ne dis pas de gros mots et on ne parle pas n’importe comment.
Ca fait mauvais genre. C’est vulgaire. C’est moche. On est pas chez les cas soce.
Il faut quand même être la reine des faux culs ou une vraie mythomane qui croit dur comme fer aux conneries qu’elle raconte pour dire les phrases énumérées ci-dessus et en même temps être la reine du « putain de sa race », « je kiffe mon vernis rouge teu-pu »,  « oh le petit bâtard » et compagnie… J’assume ce paradoxe.

On ne ment pas

Le nez qui s’allonge, Pierre et le loup, Pinocchio et tout pleins d’exemples qui font flipper et te dissuade à tout jamais de mensonges.

Nous ça fait bien longtemps qu’on ne flippe plus. Et en plus on a tellement d’imagination ça serait dommage de ne pas exploiter ce talent que dis-je ce don divin pour sauver notre peau quand on en est à notre douzième jour de retard du mois au boulot, pour expliquer l’importance de s’acheter 6 paires de chaussures en une après-midi, pour échapper à un repas avec des gens aussi intéressant qu’une soirée Motus ou un spectacle de Tex.

Goûter avant de dire qu’on aime pas.

Puis il y a intérêt à le faire sinon ils ne boufferaient que des pâtes et des nuggets. Rien de plus ragoûtant pour un môme qu’une assiette de légumes comme ça à première vue. Mais il est important de goûter parce qu’avec quelques épices et condiments, une façon d’accommoder le plat ils se rendront compte que c’est tout à fait délicieux… ou pas.  Après personnellement je peux comprendre le dégoût concernant certains aliments. Moi par exemple le lapin et le cheval c’est no way. Jamais goûté et je ne goûterai jamais et on peux me le vendre comme le truc le plus délicieux de la terre c’est niet. Je pourrais vomir rien que de voir ça dans mon assiette. Pareil pour tout ce qui est tripes et abats. Du coup si ma grande a des réticences quand il y a des huitres ou du poisson cru je ne la force pas. Surtout qu’en grandissant on peux changer d’avis. Moi par exemple les huitres ça me rebutait complètement petite puis il y a quelques années j’ai eu envie de goûter et j’ai adoré (3515 my life)

Mais ma gosse si je l’écoutait elle ne goûterai rien. J’ai dû insister pour qu’elle goûte la viande sur la pierrade, certains fromages, légumes, poissons, sauces qu’elle disait ne pas aimer d’emblée alors qu’elle ne connaissait pas. Une fois goûté je ne la force jamais si elle n’aime pas bien entendu.

Là pour le coup je suis une grosse curieuse et une grosse gourmande donc généralement j’aime bien découvrir de nouvelles saveurs. Mais comme je suis une adulte et que je fais ce que je veux parfois quand je vois passer certains plats je refuse d’une petite moue dédaigneuse comme quand le sosie de Bernard Minet m’a invité à danser un slow en terminale. D’ailleurs heureusement que les mecs c’est pas comme la bouffe qu’il ne faut pas goûter avant même quand ils ont des vieilles gueules de brocolis… Mais je m’égare pardon.

Par exemple ce délicieux repas (lors de mon séjour à la maternité l’année dernière) quand je l’ai vu je n’ai absolument pas dit  » « sur ma vie je goûte pas ce truc dégueu, même pas en rêve j’en prends une bouchée ».

On ne coupe pas la parole quand quelqu’un parle

Il faut nous voir en soirée filles quand on a un truc hyper important à raconter et plus intéressant que ce que raconte la copine en train de parler. Mais bon là c’est primordial puis on risque d’oublier ce qu’on voulait dire et ça serait dommage.

Vivement qu’ils soient grands et qu’on les pourissent parce qu’ils ont leur smartphone collé à la main pour twitter et textotter.

L’hôpital, la charité tout ça…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

4 réflexions sur “Ces règles qu’on impose aux enfants et que l’on applique pas à nous même

  1. Zut mon commentaire bigrement intéressant (bien entendu !) n’a pas été enregistré !!! La faute au clavier encore une fois, il est nulllll ! Je disais juste qu’il faut bien des avantages à l’âge adulte…. et que les enfants sont ou devraient être interdits des soirées copines, alors… à eux de respecter les règles que nous avons la grande bonté de leur donner et nous… nous savons faire la différence…
    Mauvaise foi quand tu nous tiens…
    Bises Lili !

    • Ah, ah, ah tu m’as fait trop rire Béa! mais tu as tout à fait raison! C’est vrai que quand nous avons la bonté de les garder avec nous quand c’est notre moment à nous c’est à eux de s’adapter! C’est un minimum!
      Des bisous!

  2. Mais toi alors ❤
    Je suis fière parce que C. a enfin fini sa phase « merde » et « putain » j avais trop honte. J ose même plus dire « bordel » j ai trop peur qu elle me le serve sans arrêt.
    On fait de notre mieux hein.
    Bisous.

    • Oh la la je t’avais raconté le coup de ma grande à l’époque dans le bus à hurler un slogan de foot (le plus vulgaire au monde) et que du coup j’avais fait semblant de ne pas la connaitre… La cata! Mais pour le coup ce n’était pas de ma faute!
      Enfin tu sais I qui adorait petite dire des gros mots est devenu une gosse qui parle correctement sans grossieretés alors bon tout est possible!
      Bisous ma Loulou!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s