Au revoir Paris

Voilà aujourd’hui j’ai quitté Paris. 

J’ai fermé la porte de l’appartement où j’ai habité ces 6 dernières années. Et quitter le quartier où je vis depuis 9 ans.

Vendredi dernier j’ai emmené ma fille à l’école « du bout du monde » pour la dernière fois. J’avais tellement râlé, pesté quand j’avais appris qu’elle irait dans cette école à l’autre bout de l’arrondissement alors qu’il y en avait deux plus proches. Et finalement cette petite école on l’a vite aimé (puis bon elle m’a aidé à faire une bonne partie des mes 10 000 pas quotidien alors mes cuisses disent « merci la carte scolaire »). 

Tellement de souvenirs de dimanche soir à se retrouver entre filles à l’Usine en face du métro Avron pour se faire un résumé de notre semaine en picolant du vin blanc. 

Les cocktails (dit coquetels) hyper bon « À la française » rue Léon Frot.

Les coups post cours de theatre (on parle toujours de verres et d’alcool, un peu de tenue svp) a l’Imponderable rue des Pyrennees  avec ses concerts où on râle parce qu’on ne s’entend plus parler et que c’est toujours la même chose il y en a marre mais les jours où il n’y a pas de concert on râle parce qu’il manque un truc. 

Les petits dej au Rouge Limé Metro Charonne, le matin après avoir emmené la petite à l’école. 

Les planches à l’Abribus rue de Bagnolet. Le bar de ma jeunesse et de Ma un peu moins jeunesse aussi d’ailleurs. 

La salade OCÉANE des midis flemme au Enfants de la Balle boulevard de Charonne.

Les spritz en veux tu en voilà au Pure Café au calme près de la rue Faidherbes. 

Les sushis du samedi de Toyama Metro Alexandre Dumas.

Les dimanche Après-midi passés à claquer des payes en bouquins au Merle Moqueur rue de Bagnolet.

Je ne compte pas les heures passées à Monoprix et au Printemps. L’île de la tentation en bas de chez toi. Je crois que mon banquier danse la macarena depuis qu’il a appris que je mettais de la distance entre ces deux enseignes et mon lieu d’habitation.

Tellement de souvenirs, de rires dans ce quartier que j’aime tant et de peine aussi quand je repense à une certaine soirée de novembre 2015 où tant de vies ont été ôtées, brisées. Je n’ai jamais réussi à trouver les mots pour décrire ce qui a été brisé en moi ce jour là alors que j’ai eu la chance de ne pas avoir été touché directement ni indirectement mais un chagrin inouï, un sentiment d’injustice, la peur et la colère… 

Et puis au Delà du quartier, Paris. Ces balades à Saint Germain en rêvant devant ce Paris de carte postale. 

Les journées « touriste »à arpenter Montmartre et ses petites rues. 

Les bals des pompiers du 14 juillet dans les casernes des 4 coins de Paris (avec coup de coeur pour Blanche) dans le 9eme.

Les soirées karaoké chez Bam rue Richer. Tellement de rigolades, tellement de talent (hum).

Le Marais que j’ai arpenté en Long, en large et en travers pour le travail mais si j’ai justement choisis d’y travailler c’est par amour pour ce quartier et ses petites rues. Au depart j’ai remercié l’iPhone et son GPS parce que vu mon sens de l’orientation et la multitude de petites rues ce fut un peu compliqué mais bientôt j’ai totalement apprivoisé ce petit labyrinthe.

Quel plaisir de déambuler dans la campagne à Paris, la cité Mouzaia, La Butte aux Cailles, Montsouris… Et oui pour un parisien tous ces lieux où l’on peut se promener dans des rues avec des maisons c’est de la science-fiction, un rêve éveillé, une dinguerie inimaginable (vu le prix d’un 3 pièces sans charme je vous laisse imaginer le prix d’une maison en plein Paris. Mais enfin rêver ça fait du bien. (Moi perso je m’imagine vivre là avec Jamie Dornan oui je combotte les rêves moi messieurs, dames).

J’ai aimé me perdre dans les rues de Paris et voir des endroits qui de prime abord n’était pas attrayant mais je n’ai jamais eu d’a prioris et ai toujours aimé découvrir les différents aspects que cette ville que j’aime tant pouvait revêtir. 

Toujours perplexe quand je m’arrête à Bibliothèque François Mitterand mais j’ai su y trouver un certain charme (paragraphe totalement inintéressant puisque sera compris uniquement par une personne (Sarah on se comprends). Mais bon en même temps je fais ce que je veux ici c’est mon blog.

Le 16eme où j’ai passé tant de temps il y a quelques années quand j’y avais mon amoureux de l’époque. Je crois que c’est là que ma passion pour l’hausmanien a commencé.

Les soirées à LA Flèche d’Or puis les fins de soirées au Gambetta (oui on est retourné dans l’est parisien là, aucune cohérence dans le voyage de mes souvenirs). 

Il y aurait tellement de choses à dire que je pourrais y passer des heures et écrire des pages et des pages. Je le remarque parce là je repense à tant d’endroits, de petits commerces, de theatres, de musées, de rues, de rencontres, de rires, de sourires, de larmes…

Paris c’est tellement chez moi. Que c’est difficile de s’imaginer chez soi ailleurs….

Mais aujourd’hui je pars pour de nouvelles aventures. Pour tout reconstruire ailleurs. Parce que la vie c’est aussi savoir tout recommencer. 

Pour dénicher mes nouveaux endroits préférés, m’émerveiller devant d’autres quartiers. Découvrir des lieux qui de prime abord ne m’emballe pas mais à qui je laisserait leur chance comme je l’ai fait pour certains arrondissements de Paris. 

Bien sûr que mon banquier ne s’inquiète je trouverait aussi de nouvelles boutiques où claquer un salaire. 

Et puis le meilleur quand je reviendrais et je le ferais souvent, je viendrais à Paris en week-end et en vacances et je verrais ma ville encore avec d’autres yeux.

Et surtout je viendrais sans les gosses et ça les daronnes comprendront ça va deboiter. 

Pêle-mêle le Paris que j’aime en quelques photos




Publicités

7 réflexions sur “Au revoir Paris

    • Merci beaucoup! Oh oui c’est sur ça va me manquer! Paris c’est vraiment la ville de ma vie, je l’aime éperdument mais je laisse une chance à une autre d’entrer dans ma vie! J’espère y faire pleins de découvertes! Et je compte bien revenir régulièrement et toute seule pour profiter ça va être la fêté Paris en touriste!

  1. Je vois que nous viv(i)ons dans le même quartier ( j’ai habité Alexandre Dumas – Gambtta- Reuilly puis Buzenval). J’aurais un mal fou à quitter Paris.
    Je te souhaite de très beaux moments dans ta future région !

    • Oh c’est dingue on était quasi voisines alors! Avant de vivre boulevard de Charonne j’étais rue de Bagnolet je suis toujours resté dans ce coin!
      Tu as habité à Gambetta! quelle chance j’aurais adoré vivre par là j’avais visité un super duplex avec jardin sur cour, un petit paradis!
      Concernant mon départ c’est vrai que pendant des années il était hors de question de quitter Paris rien que d’évoquer l’idée je faisait une crise d’angoisse puis j’ai eu un déclic (et j’ai fait une nego serrée à base de séjours parisiens solo réguliers sans mari ni enfants) j’ai réussi à y trouver pas mal d’avantages. Puis surtout Marseille est une grande ville, je crois que je n’aurais pas pu partir en zone rurale en revanche même si j’aime beaucoup la campagne je ne pourrais pas y vivre!

      • C’était vraiment joli Gambetta, et de manière générale j’aime bien le 20ème, et l’est parisien. Je suis bien moins attirée par le sud et l’ouest 🙂
        Parfois j’ai envie de vivre au ralentit, et je rêve de campagne … mais ton compromis est à mon sens le bon, une grande ville en Province ! Et des séjours Parisiens !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s